Swisscom veut devenir le numéro deux en Italie

Swisscom prévoit une acquisition géante en Italie. Le groupe de télécommunications suisse veut acheter l'opérateur de téléphonie mobile Vodafone Italia pour 8 milliards d'euros et le fusionner avec sa propre filiale à haut débit milanaise Fastweb. L'activité italienne contribuerait ainsi à l'avenir à près de la moitié du chiffre d'affaires de Swisscom.

Swisscom

La rumeur circule dans les médias depuis décembre, mais Swisscom l'officialise désormais : selon un communiqué publié mercredi, elle est en pourparlers exclusifs pour un éventuel rachat de Vodafone Italie. Il est prévu de racheter 100% des parts de Vodafone Italia en cash, est-il précisé.

Vodafone Italie employait en mars de l'année dernière quelque 5700 collaborateurs, Fastweb plus de 3000 à la fin 2023.

7 milliards de chiffre d'affaires commun

Pour Swisscom, il s'agirait d'un changement "transformateur", selon les premières estimations des analystes. Avec 2,6 milliards de francs, Fastweb, la filiale de Swisscom, a contribué pour près d'un quart au chiffre d'affaires total de Swisscom, qui s'élève à plus de 11 milliards de francs, au cours du dernier exercice. Quant à Vodafone Italie, elle a réalisé dernièrement un chiffre d'affaires de près de 4,4 milliards d'euros. L'entreprise commune devrait donc atteindre un chiffre d'affaires de près de 7 milliards de francs.

Avec 8,1 milliards, l'activité suisse de Swisscom représentait près des trois quarts du chiffre d'affaires total. Si cette activité était compensée par un chiffre d'affaires italien de 7 milliards, la part se rapprocherait fortement de la moitié, c'est-à-dire que l'activité suisse représenterait un peu plus de 50 % du chiffre d'affaires et l'activité italienne un peu moins de 50 %. Swisscom passerait donc d'un groupe majoritairement suisse à un groupe italo-suisse.

Complément important

Swisscom a racheté Fastweb en 2007. Le groupe de télécommunications suisse espérait ainsi profiter d'opportunités de croissance, car le marché suisse était déjà fortement saturé à l'époque. Dès le début, Fastweb n'a toutefois proposé que le haut débit et a dû acheter la téléphonie mobile. Le rachat par Vodafone devrait changer la donne.

Fastweb et Vodafone Italie se complètent bien, selon le communiqué. Fastweb est forte dans le réseau fixe, Vodafone dans la téléphonie mobile. Swisscom attend d'une reprise "des économies d'échelle, des structures de coûts plus efficaces et un potentiel de synergie considérable". Grâce à la fusion, Swisscom aura en outre la possibilité de proposer en Italie des offres groupées pour le réseau haut débit et la téléphonie mobile. Avec de telles offres, l'entreprise suisse peut notamment mieux fidéliser les clients.

Dans l'ensemble, il n'y a que peu de recoupements entre les deux entreprises, poursuit le communiqué. En outre, Swisscom a souligné qu'une telle acquisition aurait un effet positif sur les dividendes et le cash-flow de Swisscom.

L'affaire n'est toutefois pas encore conclue. On ne sait pas encore si la transaction aura lieu. Mais les négociations sont bien avancées. Selon des sources bien informées, la reprise serait prévue pour cette année encore.

Vodafone parle de la "meilleure combinaison".

Vodafone veut vendre ses activités en Italie depuis un certain temps déjà. Vodafone soutient "la consolidation du marché dans les pays où l'entreprise n'obtient pas un rendement approprié sur le capital investi", selon un communiqué de décembre. Selon le groupe, cela vaut également pour l'Italie, raison pour laquelle les activités dans ce pays doivent être vendues ou fusionnées. La dernière fois, la création d'une coentreprise avec le concurrent français Iliad en Italie avait échoué en raison de divergences sur les prix.

La maison mère britannique de Vodafone Italia s'est à nouveau exprimée et a confirmé de son côté les discussions avec Swisscom. Elle est d'avis que "cette transaction potentielle représente la meilleure combinaison de création de valeur, de recettes en espèces réalisées à l'avance et de sécurité de la transaction", peut-on lire dans le communiqué.

Pas d'enthousiasme à la bourse

A la bourse, l'annonce n'a pas déclenché d'enthousiasme pour le moment. A peine une heure après le début du négoce, les actions de Swisscom ont perdu -0,4 pour cent à 508,20 francs, alors que le marché global affichait une hausse de 0,5 pour cent.

La fusion avec Vodafone Italie présente certes un potentiel de synergie des coûts considérable et devrait favoriser un assainissement du marché à moyen terme, peut-on lire dans un commentaire de la banque Vontobel. Il est toutefois peu probable que l'achat ait une influence positive sur la politique de dividende de Swisscom à court terme, "compte tenu de la charge de la dette et des efforts d'intégration". (SDA)

Plus d'articles sur le sujet