Télécommunications : amende de Swisscom confirmée dans une procédure de télévision payante

Le Tribunal administratif fédéral a confirmé une amende infligée par la Comco à Swisscom dans le cadre du litige sur les droits sportifs. En 2016, la Comco avait infligé une amende d'un montant de 71,8 millions de francs. Swisscom examine la possibilité de faire appel.

SwisscomEn 2016, la Commission fédérale de la concurrence (Comco) a infligé l'amende à Swisscom et Cinetrade - aujourd'hui Blue Entertainment - pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché de la retransmission en direct des matchs de football et de hockey sur glace suisses sur la télévision payante. Swisscom aurait refusé à certains de ses concurrents toute offre de diffusion de sport en direct sur sa plate-forme et n'aurait accordé à d'autres qu'une offre sportive réduite. Le jugement concerne la période de 2002 à 2012.

Swisscom et Blue Entertainment restent convaincus d'avoir agi dans le respect de la loi en commercialisant des contenus sportifs, a indiqué Swisscom mercredi. Les investissements élevés de Swisscom et de Cinetrade entre 2002 et 2012 auraient justifié une offre sportive élargie au minimum lors de la diffusion sur la plateforme TV de Swisscom. Ce n'est qu'ainsi que les investissements auraient pu être suffisamment protégés à l'époque.

Selon le communiqué, le problème n'existe plus actuellement. Actuellement, tous les clients TV reçoivent l'ensemble du contenu sportif de Swisscom et Sunrise UPC. Les petits fournisseurs de télévision en profiteraient également et pourraient obtenir les contenus sportifs des deux grands groupes de télécommunication.

Sunrise UPC examine une plainte

Swisscom analyse actuellement le jugement et examine la possibilité de faire appel auprès du Tribunal fédéral. Selon les informations fournies, l'amende pèsera sur le bénéfice opérationnel (EBITDA) du deuxième trimestre. Les objectifs pour l'ensemble de l'année restent toutefois inchangés, a expliqué le numéro un de la branche.

Le concurrent Sunrise UPC examine de son côté une action en dommages et intérêts par la voie civile : "Nous analysons la situation", a déclaré une porte-parole à l'agence de presse AWP. (SDA)

(Visité 139 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet