La responsable de la protection des données de la ville de Berne ne veut pas de WhatsApp dans les écoles

L'année dernière, la préposée à la protection des données de la ville de Berne est intervenue auprès de l'Office scolaire de la ville de Berne au sujet du service d'échange de messages très populaire. Elle était arrivée à la conclusion que WhatsApp ne pouvait pas être utilisé à des fins scolaires en conformité avec la protection des données. En effet, les données d'adresses étaient transmises aux Etats-Unis.

WhatsApp
Trop délicat pour l'école, estime la responsable de la protection des données de la ville de Berne, qui ne veut pas de WhatsApp dans la communication avec les élèves et les parents. (Photo d'archives : Keystone/EPA/Ritchie B. Tongo)

Comme il ressort du rapport d'activité 2021 du service de médiation et de protection des données de la ville de Berne, publié cette semaine, la préposée à la protection des données avait été interrogée sur la question de savoir si un enseignant de la ville pouvait utiliser WhatsApp comme chat en classe.

La personne qui a demandé conseil à l'autorité de protection des données a soulevé la question en rapport avec les conditions générales adaptées de l'application.

Le préposé à la protection des données a par la suite procédé à des clarifications. Elle est également arrivée à la conclusion que le consentement de toutes les personnes d'un groupe de discussion ne suffisait pas pour une utilisation de WhatsApp conforme à la protection des données. En effet, toutes les données des personnes figurant dans l'annuaire téléphonique seraient transmises à l'exploitant de Whatsapp.

Suite à l'intervention des commissaires à la protection des données, tous les directeurs d'école de la ville de Berne ont reçu la consigne de ne plus utiliser WhatsApp dans leurs écoles pour les discussions en classe ou la communication avec les parents. L'application "Mattermost", plus respectueuse de la protection des données, serait préférable.

"Pratique généralement mise en œuvre"

Interrogé jeudi, le secrétaire général de la direction de la formation, des affaires sociales et du sport de la ville de Berne, Sven Baumann, a déclaré que cette intervention des responsables de la protection des données de la ville de Berne était mise en œuvre. "C'est une pratique générale", a déclaré Baumann. Les discussions Whatsapp ne sont plus utilisées.

Interrogée à ce sujet, la Direction cantonale de l'éducation et de la culture (DIC) a fait savoir qu'elle ne prescrivait pas aux écoles les services de messagerie qu'elles devaient utiliser. Aucune donnée personnelle ne doit être échangée via les services de messagerie. "Nous recommandons d'utiliser les services de messagerie uniquement pour des informations organisationnelles", écrit la BKD.

Plus de cas pour les deux organismes

Le service de médiation de la ville de Berne se définit comme un point de contact indépendant et neutre pour les citoyennes et citoyens, mais aussi pour les employés de la ville et de ses entreprises. Au cours de l'année sous revue, il a traité au total 647 cas et demandes (610 l'année précédente). Le nombre de cas de whistleblowing a presque doublé, passant de six à onze.

Le nombre de cas de droit du personnel est resté à un niveau élevé, peut-on lire dans le rapport d'activité. Il y en a eu 46 contre 42 l'année précédente. Les mesures d'économie de la ville et la situation de pandémie sont probablement à l'origine de cette augmentation, explique-t-on.

Le service de surveillance des données s'engage pour un traitement responsable des informations. L'année dernière, il a traité 157 cas et demandes (133 l'année précédente). Dans leur rapport d'activité, les deux services expliquent à l'aide de plusieurs exemples pourquoi ils sont sollicités et comment ils procèdent.

Le service de médiation est par exemple intervenu lorsqu'une habitante de la ville de Berne a refusé de participer au dépouillement des votes lors d'un week-end électoral par crainte d'une contamination par le virus Corona. Elle avait été convoquée à cet effet par l'administration municipale et s'était adressée à l'office de médiation. (SDA)

Plus d'articles sur le sujet