Les plus jeunes ne se sentent pas assez concernés par la pandémie

Les jeunes se sentent peu concernés par les discussions menées pendant la pandémie de Corona. Selon une étude, ils ne se souviennent guère d'une quelconque forme de communication sur leur groupe d'âge - et si c'était le cas, il s'agirait de rapports médiatiques critiques.

Une étude conjointe de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) et de l'Université de la Suisse italienne (USI) montre que le discours tenu durant la première année de la pandémie de coronavirus a en grande partie échappé à la population jeune, ont indiqué mercredi la ZHAW et l'USI.

"Nous constatons que les jeunes se soucient tout à fait de la santé des personnes âgées", déclare Suzanne Suggs de l'USI. Mais selon Suggs, au lieu de les accuser, la communication devrait plutôt encourager certains comportements.

Les jeunes veulent plus d'explications

Cela réussit en particulier si l'on explique clairement pourquoi tel ou tel comportement est important. Le besoin de plus d'explications est manifestement grand. Lors de l'enquête, de nombreux jeunes ont souhaité que les mesures de Corona soient mieux expliquées.

En cas de crise nationale, tout le monde est en danger et doit être contacté en conséquence, selon Julia Datva du département de la santé de la ZHAW.

Pour les autorités et les organisations de santé, il est difficile de souligner le lien tout en s'adressant à tous les groupes cibles, poursuit le communiqué.

Pour cette étude, l'équipe de recherche a analysé le discours public dans les médias, la politique ou les organisations de santé pendant les premiers mois de la pandémie. Elle a également mené un sondage quantitatif et des entretiens qualitatifs auprès de jeunes de 15 à 34 ans en Suisse alémanique et italienne. (SDA)

(Visité 162 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet