Comment renforcer la communication scientifique en Suisse

Un groupe d'experts désignés par les Académies suisses des sciences a présenté jeudi un rapport sur le statu quo de la communication scientifique en Suisse. Sur cette base, elle a formulé vingt recommandations sur la manière dont la communication scientifique pourrait être améliorée.

Le Rapport d'une centaine de pages couvre un large spectre de la communication scientifique en Suisse : comment le public perçoit la science et comment il s'informe, comment les chercheurs, les universités et les organisations scientifiques communiquent avec le public, le rôle des médias sociaux et le journalisme scientifique en Suisse.

Selon cette dernière, la science bénéficie d'un fort soutien au sein de la population, qui se voit offrir diverses possibilités de s'informer et de s'intéresser aux sujets scientifiques. Par exemple, dans les musées, les jardins botaniques, les médias journalistiques et sociaux, les cafés scientifiques ou les projets scientifiques citoyens.

Vulnérabilités identifiées

Mais l'étude révèle également des faiblesses dans la communication scientifique. Selon les académies, il s'agit notamment d'un soutien insuffisant aux chercheurs qui communiquent avec le public, de l'érosion du journalisme scientifique et des conditions de travail difficiles qui en découlent pour les femmes journalistes, ainsi que de la propagation de la désinformation et de la mésinformation dans les médias sociaux.

Par ailleurs, Mike S. Schäfer, professeur à l'Université de Zurich et porte-parole du groupe d'experts, a déclaré : "Les résultats de la recherche montrent qu'une petite partie, mais non négligeable, de la population suisse s'est éloignée de la science." Et on ne peut pas se contenter de cela.

Vingt recommandations formulées

Dans les vingt recommandations, les experts demandent, par exemple, que les chercheurs et les organisations scientifiques communiquent sur la manière dont la science fonctionne - y compris les incertitudes, les différentes perspectives et la pertinence sociale. En outre, la communication scientifique doit lutter contre la désinformation et la mésinformation, la communication entre la science et la politique doit être renforcée et institutionnalisée, et le journalisme scientifique doit être renforcé.

"Elle montre aussi clairement que la communication scientifique ne doit pas être à sens unique, mais sous forme de dialogue, et que les chercheurs doivent essayer de comprendre les points de vue de la population", explique Mme Schäfer.

"Exploitation de "corona momentum

C'est surtout lors de la pandémie de Corona qu'il est apparu clairement à quel point les évaluations des scientifiques sont importantes. Il y avait également plus de contenu journalistique scientifique dans les médias à cette époque. M. Schäfer a déclaré à l'agence de presse Keystone-SDA qu'il ne voit pas encore de renversement de tendance dans le journalisme scientifique. Mais la pandémie de Corona lui a donné un élan. "Sur cette lancée, nous devons maintenant élaborer de nouveaux modèles d'organisation et de financement et mettre en place les structures nécessaires pour que le journalisme scientifique suisse puisse être conduit plus fort vers l'avenir", a déclaré M. Schäfer.

Le groupe d'experts "Communiquer les sciences et les arts à l'ère des médias numériques", composé de 16 membres, comprenait des chercheurs, des spécialistes de la communication et des journalistes scientifiques de toutes les régions linguistiques de la Suisse. (SDA)

(Visité 109 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet