Front Conference : la rencontre du design et de la technologie

"Where Design Meets Technology" : lors de la Front Conference à Zurich, les designers et les développeurs se sont présentés sur un pied d'égalité. Burkhard Müller de l'agence hambourgeoise Mutabor y a participé en tant qu'orateur - et a résumé ses points forts pour Werbewoche.ch.

(Images : zVg.)

Un événement avec une organisation de pointe dans un lieu magnifique, avec en plus une liste d'intervenants de niveau international : la visite de la Front Conference à Zurich fin août en valait vraiment la peine ! Quels ont été mes points forts personnels ?

L'accessibilité est "the next big thing" (la prochaine grande chose)

En ouverture de la conférence, Laura Kalbag a montré comment le design numérique a évolué entre les années 1990 et aujourd'hui. D'une cour de récréation avec des polices de pixels et des sites web faits de tableaux, en passant par les films interactifs en Flash, jusqu'à aujourd'hui où nous avons des services centrés sur l'utilisateur qui améliorent notre quotidien. Vincent J. Brathwaite a expliqué pourquoi l'avenir du leadership réside dans la communication et l'empathie pour les besoins de tous. Ce faisant, il a montré comment le design en tant que discipline a évolué au cours des trente dernières années et est "devenu adulte". Il a plaidé pour que les designers prennent leurs responsabilités : Pas seulement pour les utilisateurs moyens, mais aussi pour les utilisateurs présentant des faiblesses et des handicaps.

Les designers peuvent apprendre des alliés

L'exposé passionnant sur les erreurs dans les décisions de conception de Jon Yablonski, auteur de "Laws of UX", a emmené les auditeurs à l'époque de la Seconde Guerre mondiale. A l'époque, lors de la lutte contre l'Allemagne nazie, les Alliés ont analysé les endroits concrets où leurs avions étaient bombardés afin de les renforcer à ces endroits. Mais comme ils n'étudiaient que les appareils qui revenaient de mission, ils se sont trompés d'endroit pour leurs optimisations : Comme l'a expliqué Yablonski, ils auraient dû renforcer les zones non touchées de ces machines, car elles auraient entraîné un crash en cas d'impact. L'apprentissage : en collectant des données incomplètes, on peut commettre des erreurs décisives et passer complètement à côté des véritables problèmes.

PowerPoint peut encore être sauvé

Lorsque l'on démarre PowerPoint, la première chose qui nous est demandée est le modèle que l'on souhaite utiliser, puis on crée page après page et on dispose d'une infinité de possibilités pour personnaliser les différentes diapositives. Et c'est un problème, car PowerPoint ne permet pas aux utilisateurs de raconter une bonne histoire, mais les distrait avec de nombreux gadgets. C'est du moins la position d'Oliver Reichenstein, fondateur d'"Information Architects", qui a développé avec son studio il y a plus de dix ans le concurrent de MS Word "iA Writer" - un succès de la première heure sur iPad.

Lors de la Front Conference, Reichenstein a présenté en première mondiale la réponse à PowerPoint. Comme "iA Writer", la nouvelle application séduit par sa simplicité : lorsqu'on lance l'application, on écrit et on structure l'histoire en titres. Les titres sont automatiquement visualisés par l'app sur les diapositives, le reste du texte est visible par le présentateur dans les notes. Des images peuvent être ajoutées en option. L'app se charge elle-même de la mise en page et du formatage. Le groupe cible n'est évidemment pas celui des designers. Lors des tests, ce sont surtout les professeurs, les étudiants et les élèves qui se sont distingués comme groupe d'utilisateurs. L'app sera disponible dans l'App Store dans quelques semaines.

Les interfaces vocales ont encore de beaux jours devant elles

Le problème avec Siri, Alexa et consorts : en tant qu'utilisateur, on ne voit pas quelles commandes on peut leur donner. Et techniquement, ils ne sont pas encore assez développés pour comprendre tout ce qu'on leur dit. Mais ils se développent rapidement et une fois que les milliers de questions et de commandes les plus fréquentes pourront être traitées de manière judicieuse, ils gagneront en dynamisme. L'orateur de la première conférence, Ben Sauer, a donc recommandé aux personnes présentes de s'y préparer dès maintenant et surtout d'organiser leur contenu de manière centralisée. Aujourd'hui, les chatbots, les centres d'appels, les FAQ et les Alexa Skill sont gérés par différentes équipes avec des contenus différents. Les interfaces vocales ont de l'avenir, c'est pour cela que les entreprises devraient se préparer dès aujourd'hui.

Chaque service a des utilisateurs passifs

Plus les besoins des utilisateurs sont satisfaits, plus un service est apprécié et a du succès. Mais chaque service a aussi des utilisateurs passifs qui ne l'utilisent pas, mais qui sont tout de même influencés par lui : Les scooters électriques qui traînent sauvagement dans la rue gênent les gens. AirBnB fait grimper les prix de location dans les métropoles pour tous les habitants. Et ce qui est évident : Les services de livraison rapide entraînent un encombrement des rues, une pression sur les services de livraison et une augmentation des déchets d'emballage. Ma contribution à la Front Conference était donc que les utilisateurs passifs ont aussi des besoins et qu'ils sont décisifs à long terme pour l'acceptation d'un service au sein de la société.


* Burkhard Müller est Chief Digital Officer chez Mutabor, une agence de design et de conseil en marques basée à Hambourg.

Plus d'articles sur le sujet