Forum du divertissement à 360° : Ambiance de renouveau dans le secteur du live

Lors de l'événement désormais le plus important de la branche suisse du divertissement, le 360° Entertainment Forum de Ticketcorner et ESB, l'ambiance était au renouveau. Tout le monde se réjouit de retrouver enfin la normalité après deux ans de pandémie - même si celle-ci sera différente de ce qu'elle était encore en 2019.

Surprise lors du congrès 360° Entertainment : le show du rappeur Stress (photo : Gabriele Griessenböck).

Après une pause forcée de deux ans due à la pandémie, les représentants du secteur suisse du divertissement en direct se sont enfin retrouvés à Andermatt les 29 et 30 mars pour un grand congrès. Pour sa sixième édition, le 360° Entertainment Forum d'Andermatt a accueilli un nombre record de 400 participants. Le retour de la branche est également synonyme de renouveau.

"Est-ce que la nouvelle normalité sera l'ancienne normalité ?", c'est avec cette question abrupte que le co-hôte Andreas Angehrn, CEO de Ticketcorner, et Hans-Willy Brockes, directeur d'ESB Marketing Netzwerk, ont lancé la manifestation. Les intervenants y ont immédiatement répondu, à commencer par Samih Sawiris. Lors de son intervention, l'entrepreneur touristique a souligné l'importance du divertissement en dehors des lieux habituels. Par exemple à Andermatt, où des concerts de haut niveau doivent créer une valeur ajoutée en dehors du tourisme d'hiver classique. Mathieu Jaton, CEO du Montreux Jazz Festival, a même ajouté : "Content is no more King". Les nouveaux rois seraient les créateurs artistiques et leurs fans ensemble. Ils doivent se réunir dans une économie de "créateurs". Le divertissement deviendrait de plus en plus un système à 360° "public - marque - contenu".

Corona a lancé des tendances

Ce changement a déjà eu lieu pendant Corona. Plusieurs organisateurs ont ainsi développé de nouveaux formats dans lesquels les visiteurs se voient attribuer d'autres rôles, par exemple dans le cadre des "Migros Hiking Sounds". Ici, les fans de musique sont devenus des acteurs qui devaient se rendre à leurs concerts à pied. Ou lors du "Art on Ice Special - Dinner Show", où l'on a cuisiné pour un public plus restreint et où les invités ont fini par faire partie de l'événement sur la glace du Hallenstadion. Ou encore le festival "Summer Now" à Bienne. "Trois points étaient importants pour nous : la participation, la régionalité et les oasis de bien-être", a résumé Marcel Sallin, directeur de Summer Now. Un petit rassemblement sur une branche où toute une région a été impliquée. En commençant par les musiciens jusqu'à l'offre de restauration.

Le live est nettement plus demandé

Des formats innovants et, après deux ans, la perspective d'une certaine normalité. 2022 peut devenir une année mémorable et réjouissante. Tous les signes le laissent présager. Julia Asseburg de l'Institut Link pour la recherche de marché et sociale, prédit au secteur du divertissement : "Vous allez gagner ! Selon les résultats de son enquête, le divertissement en direct aura un potentiel de croissance de 31 pour cent. En revanche, le streaming, très apprécié en période de pandémie, devrait connaître un net recul, jusqu'à 10 pour cent.

Les organisateurs de festivals en sont également conscients. Les premiers festivals, comme l'Openair St. Gallen, affichent déjà complet. Et il s'agira d'un redémarrage avec un nouveau public. "2022 ne sera pas comme 2019", déclare Christof Huber, directeur des festivals du Gadget abc Entertainment Group. "Il y aura beaucoup de jeunes qui viendront vivre leur premier festival, car deux promotions ont dû repousser leur première pendant Corona". Et ces jeunes viennent aussi avec l'exigence de la durabilité. Jacob Sylvester Bilabel, fondateur de la Green Music Initiative, a montré la voie : il ne faut pas se perdre dans de nombreux petits programmes de durabilité, mais faire correctement les choses que l'on fait.

André Béchir et son livre

Au 360° Entertainment, le nom était aussi tout un programme. C'est ainsi que le rappeur Stress a fait une apparition très inhabituelle. En raison de l'heure - le matin peu avant 10 heures. Et la légende de la branche André Béchir, Senior Advisor de Gadget abc Entertainment Group, a permis au public de se plonger profondément dans la vie intérieure de la musique rock. Du piano à queue qu'une superstar a plongé dans la piscine de l'Atlantis à Zurich, en passant par la rock star américaine qui n'était pas à l'aise dans le téléphérique, jusqu'aux moments humains des superstars. Face à l'animateur Sven Epiney, le pionnier du live entertainment Béchir a suggéré de publier un jour ses histoires sous forme de livre. Pour finir, il a appelé la branche à tirer profit de l'unité qui s'est dégagée de la pandémie et à maintenir les intérêts de tous unis, même au quotidien. Et surtout : "Nous devons gagner la confiance des gens. Il faut beaucoup de cœur à l'ouvrage - et pas de règle à calcul". Ce cœur à l'ouvrage, la branche l'a démontré de manière impressionnante à Andermatt. Elle se réjouit d'être enfin de retour "back to live".


Voir le site de 360° Entertainment

Plus d'articles sur le sujet