26 établissements coopèrent en tant que "Responsible Hotels of Switzerland".

26 établissements suisses leaders en matière de durabilité écologique et sociale coopèrent et fondent les Responsible Hotels of Switzerland. Cette coopération hôtelière est une vitrine pour les voyageurs responsables qui souhaitent faire preuve de respect envers la nature et l'être humain, mais aussi vivre des expériences enrichissantes et proches de la nature.

L'initiateur de cette coopération hôtelière est l'association Responsible Hotels of Switzerland, sous la houlette de son président Valentin Bot, qui dirige également l'établissement modèle Hotel Kartause Ittingen à Warth. 26 établissements hôteliers de neuf régions suisses et de catégories d'étoiles allant de 3 à 5 étoiles supérieures ont pu être gagnés à cette idée. "Nous aimerions être d'ici un an un groupe de 40 à 50 hôtels de caractère qui accordent une grande attention au thème de la durabilité", a déclaré Bot dans son introduction. 

Selon le Sustainable Travel Report 2021 de Booking.com, 81% des voyageurs souhaitent réserver un hébergement écologiquement et socialement durable. Le fait que les soi-disant éco-travellers soient jeunes et peu dépensiers est un cliché dépassé. Les plus de 45 ans veulent voyager de manière tout aussi responsable que les millenials. Selon l'enquête "Tourisme Monitor Suisse" de Suisse Tourisme auprès des hôtes, la part des éco-travellers qui s'offrent de beaux hébergements est même légèrement supérieure à la moyenne. "La durabilité n'est pas un motif de voyage primaire, mais de plus en plus un facteur de différenciation dans le choix final. Et là, ils sont de plus en plus nombreux à opter pour l'hôtel le plus durable", explique Jürg Schmid, copropriétaire de Schmid Pelli & Partner, qui a animé l'événement médiatique.

26 hôtels membres au caractère individuel

Les membres sont des établissements hôteliers dont la qualité est avérée. Ils assument tous une responsabilité - chacun à sa manière. Des critères d'admission stricts doivent garantir cela et sont vérifiés par le comité directeur. Achats régionaux conséquents, pas de plastique, emplois et formations accompagnés ou infrastructures économes en énergie : tous les membres font preuve d'excellence dans un domaine d'application spécifique. Les hôtels membres ont obtenu ou obtiendront une certification de durabilité, visent le niveau III le plus élevé de Swissstainable (Suisse Tourisme) et collaborent avec des partenaires de durabilité.

Les Responsible Hotels of Switzerland poursuivent quatre objectifs. Premièrement, la coopération hôtelière serait une vitrine permettant de rendre visibles et de valoriser les investissements de l'entreprise en matière de durabilité. Deuxièmement, il s'agit d'attirer de manière ciblée des clients ayant des besoins et des habitudes de voyage durables. Troisièmement, la coopération se positionne en tant que centre de compétences et leader thématique. Et quatrièmement, la coopération encourage l'échange d'expériences entre les entreprises membres.

Le site web Responsiblehotels.ch est régulièrement complété par des informations détaillées sur les efforts des établissements en matière de durabilité. Mais les expériences que les différents établissements proposent à leurs hôtes sont également mentionnées sur le site Internet. Un bon pour les Responsible Hotels of Switzerland, qui peut être échangé dans chaque hôtel membre, doit être un cadeau qui a du sens et une valeur symbolique.


INTERVIEW

"Nos hôtes sont aussi exigeants que nous-mêmes"

Tiziano Pelli, directeur de Responsible Hotels of Switzerland et copropriétaire de l'agence Schmid Pelli & Partner, dans une interview avec Werbewoche.ch.

Werbewoche.ch : Comment est née l'idée des "Responsible Hotels of Switzerland" ?

Tiziano Pelli : Schmid Pelli & Partner est en contact étroit avec de nombreux hôteliers suisses. Il ressort de ces entretiens que de nombreux établissements hôteliers se sont déjà penchés sur le thème de la durabilité depuis de nombreuses années, y ont consacré beaucoup de temps et ont également réalisé de gros investissements. Il était toutefois difficile d'économiser ces efforts. Le fait que le thème de la durabilité ait même été renforcé par la pandémie a été le facteur décisif qui nous a poussés à créer la coopération hôtelière Responsible Hotels of Switzerland. D'un autre côté, nous avons réalisé que les personnes qui ont à cœur le thème de la durabilité n'ont pas de repères pour leurs projets de vacances. Avec Responsible Hotels of Switzerland, le client potentiel dispose d'une plate-forme crédible.

 

Quels ont été les plus grands défis lors du lancement ?

Il a fallu du temps pour définir les critères permettant de déterminer quels hôtels pouvaient en faire partie. D'une part, nous ne voulons pas être une plateforme qui fait de l'écoblanchiment pour les hôtels. D'autre part, le thème de la durabilité est assez vaste et comporte de très nombreuses facettes. Cela signifie qu'un établissement ne peut pas être au top partout. Chaque établissement met l'accent sur un aspect différent. La passion de la direction de l'hôtel pour ce thème est déterminante, mais elle n'est pas toujours quantifiable. C'est pourquoi un mélange de mesures qualitatives et qualitatives a finalement vu le jour.

 

Combien de temps a-t-il fallu pour convaincre ces 26 entreprises leaders de rejoindre ce groupement ?

En l'espace de trois mois, nous avons trouvé les entreprises et les avons convaincues de notre concept.

 

La coopération doit-elle continuer à se développer ? Y a-t-il une limite de taille ?

Nous pensons que la coopération hôtelière pourra finalement compter environ 40 à 50 établissements, répartis dans toute la Suisse.

 

Chaque entreprise doit faire preuve d'excellence dans au moins un domaine. Y a-t-il aussi Critères de base à remplir ?

Les principaux critères de base sont que l'établissement obtienne un rating d'au moins 8,7 sur Booking.com ou 4,5 sur Trustyou. Cela en dit déjà long sur la qualité de l'établissement. Ensuite, la situation de l'hôtel était également importante pour nous. Le client doit pouvoir y passer des vacances agréables. Enfin, nous tenions aussi à ce qu'il s'agisse d'établissements autonomes, qui ont tous leur propre caractère.

 

La durabilité dans l'hôtellerie peut-elle être atteinte sans une grande augmentation des coûts ou est-ce finalement une chose coûteuse ?

Il existe de nombreuses approches qui peuvent être mises en œuvre sans trop d'argent. On peut ainsi miser sur des produits purement biologiques dans la cuisine, n'acheter que des produits de la région ou suivre l'approche noise-to-tail. Certains hôtels concluent des partenariats avec d'autres prestataires, comme des apiculteurs, des boulangers et d'autres encore, qui sont très engagés dans le développement durable. D'autres hôtels, en revanche, veillent à un fonctionnement sans plastique. Souvent, ce n'est pas une question d'argent, mais plutôt de concept et de conviction.

 

Un hôtel géré de manière durable présente-t-il aussi des avantages pour l'acquisition d'événements d'entreprise ? 

Définitivement. Une entreprise qui souhaite être durable organise ses événements, séminaires et congrès dans des lieux qui le sont également. C'est pour elle le moyen le plus simple de mettre en avant ses aspirations durables.

 

Comment la durabilité est-elle concrètement communiquée ?

A 100 pour cent. Notre positionnement est le suivant : "Le groupe hôtelier Responsible Hotels of Switzerland réunit les établissements leaders en matière de durabilité écologique et sociale. Nos membres sont des établissements autonomes, de caractère, situés dans de beaux endroits et de grande qualité. Nos hôtes sont aussi exigeants que nous - ils veulent profiter d'un séjour rafraîchissant, sans privation et de manière responsable. Nous voulons offrir une solution aux hôtes qui ont des exigences élevées en matière de voyage responsable. Les Responsible Hotels of Switzerland sont les hôtels suisses durables".

 

Des événements et des campagnes concrets sont-ils prévus ?

La plate-forme vit en grande partie des contributions des hôtels membres. Cela signifie qu'il n'est pas possible de faire de grandes campagnes. Nous communiquons en premier lieu par le biais des nombreuses histoires. Ces histoires peuvent être de nature infrastructurelle. C'est-à-dire une méthode particulière de production d'énergie ou de construction d'un bâtiment. Mais il y a aussi beaucoup d'histoires sur des concepts vécus dans les établissements, par exemple l'intégration de personnes à mobilité réduite dans l'établissement, un concept de déchets alimentaires ou la collaboration avec l'agriculteur bio du coin. Les hôtels développent également de plus en plus d'offres passionnantes comme la pêche à la mouche, les bains de forêt ou la marche silencieuse dans la neige. Ce sont également des histoires extraordinaires.

 

Comment fonctionne l'échange entre les hôtels ?

Le "networking" et l'échange d'expériences entre les entreprises membres sont activement encouragés. Au moins un colloque est organisé chaque année. Des experts* y présentent les dernières connaissances, technologies, solutions et méthodes de production en matière de durabilité écologique et sociale dans l'hôtellerie, la restauration et le secteur alimentaire. En outre, des aperçus et des échanges d'expériences sur les meilleures pratiques de l'hôtellerie et de la restauration nationales et internationales sont rendus possibles.

Le Belvedere Grindelwald est l'un des 26 hôtels à participer.

Le Tessinois Tiziano Pelli a vécu de nombreuses années à Milan, d'où il a commercialisé la Suisse pour Suisse Tourisme. Lors de son arrivée à Zurich, il est devenu chef de l'état-major de la direction et a été responsable des projets stratégiques, des études de marché et de la communication d'entreprise. Il a également dirigé des projets tels que la conception et la mise en œuvre de toutes les activités liées aux 100 ans de Suisse Tourisme ou la mise en place du centre d'appels "Contact Switzerland". Auparavant, Pelli était membre de la direction d'une agence à Zurich. L'économiste a fait ses études à l'université de Saint-Gall et est désormais entrepreneur indépendant et copropriétaire de l'agence Schmid Pelli & Partner.

(Visité 274 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet