KKL : L'étude sur les aérosols fournit la base pour de nouvelles étapes d'ouverture

Une étude sur les aérosols réalisée par la Haute école spécialisée de Lucerne et le SCOEH montre que l'efficacité de la ventilation du KKL de Lucerne est bonne dans l'ensemble. Une base pour d'autres étapes d'ouverture est ainsi donnée, comme l'écrit le centre culturel.

L'étude montre que le flux d'air dans la salle de concert répond largement aux attentes et que la contamination atmosphérique est efficacement dissipée dans la zone du public. Les résultats confirment également que le risque d'infection peut être considérablement réduit grâce à des mesures de protection cohérentes et que des conditions sûres peuvent être créées pour les visiteurs dans la salle de concert. Ces résultats encourageants, écrit le KKL Luzern, constitueraient une très bonne base scientifique pour les étapes d'ouverture progressive prévues au cours des prochains mois.

Avec ses partenaires, le Festival de Lucerne et l'Orchestre symphonique de Lucerne, le KKL Luzern avait demandé à la Haute école des sciences appliquées et des arts de Lucerne et au Centre suisse d'hygiène du travail et de l'environnement SCOEH d'étudier le risque de transmission de virus dans la salle de concert du point de vue de la ventilation. L'objectif de l'étude était de fournir une base scientifique solide pour la discussion sur les prochaines étapes d'ouverture du secteur de l'événementiel. La salle de concert du KKL Luzern est équipée d'un système de ventilation spécial dans lequel l'air d'alimentation est introduit sous les sièges dans la zone des spectateurs. L'objectif est d'éliminer les aérosols et autres polluants atmosphériques émis par les visiteurs plus efficacement qu'avec une ventilation mixte pure.

Les mesures ont été effectuées fin avril en présence des musiciens et du public (plus de 80 personnes au total) dans des conditions réalistes. L'efficacité de la ventilation a été étudiée d'une part avec des gaz à l'état de traces et d'autre part avec un aérosol de test dans différentes zones de la salle, en tenant compte de la ventilation et de l'activité des utilisateurs de la salle (émetteur et personne exposée). Les aérosols utilisés étaient de taille similaire à ceux émis par les personnes qui respirent et parlent.

L'étude montre que la pollution de l'air dans l'espace public est éliminée beaucoup plus efficacement qu'avec une ventilation purement mixte. Avec la conception généreuse du système de ventilation et le grand volume de la pièce, il en résulte un risque d'infection qui peut être classé comme faible dans la plupart des cas si le concept de protection est respecté. Seuls les joueurs et chanteurs d'instruments à vent présentent un risque légèrement accru pour les autres musiciens qui chantent ou jouent d'instruments à vent sans masque, ainsi que pour le premier rang des stalles. Des masques de protection simples avec une efficacité de rétention de 25 % ont servi de base à l'étude. Avec un masque certifié (75 %) ou un masque FFP2 (95 %), le risque résiduel peut être considérablement réduit.

Les résultats de l'étude seront partagés avec les autorités et les groupes intéressés dans le sens d'un échange d'expériences. Ils ont été intégrés dans le concert test de l'Orchestre symphonique de Lucerne, qui s'est déroulé avec succès jeudi avec le plus haut niveau de sécurité pour les invités et les musiciens, avec plus de 500 invités. Les résultats constitueront une base importante pour le Lucerne Festival du 10 août au 12 septembre 2021, la poursuite de l'ouverture du KKL Luzern et le début de la saison de l'Orchestre symphonique de Lucerne avec son nouveau chef d'orchestre Michael Sanderling le 20 octobre 2021, écrit le KKL dans le communiqué de presse.

Pour la mise en scène du Festival d'été, le Festival de Lucerne a consciemment décidé de miser non seulement sur l'utilisation obligatoire de masques, mais aussi sur une disposition des sièges avec des distances de sécurité, minimisant ainsi le risque d'infection. Le KKL Luzern s'appuie sur cette étude pour permettre à tous les organisateurs de concerts de bénéficier de nouvelles facilités à partir du mois de juillet, dans le respect constant des conditions applicables, et pour revenir progressivement à un fonctionnement normal.

Selon le KKL, l'étude fournit également des informations importantes pour le fonctionnement en toute sécurité des sites de grands événements en cas de pandémie. La procédure de mesure choisie pourrait également être transférée à d'autres sites d'événements en Suisse présentant des caractéristiques techniques similaires, afin qu'ils puissent être examinés rapidement et efficacement par des experts.

(Visité 150 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet