Divertissement à 360° : Une industrie en difficulté mais aussi confiante

La plus grande rencontre suisse du secteur de l'événementiel, 360° Entertainment, a été annulée l'année dernière en raison de l'effet corona - elle célèbre aujourd'hui sa résurrection numérique. ESB et Ticketcorner sont invités à l'événement en ligne de mardi. Les orateurs et les panélistes se sont réunis dans le studio de la NEP à Volketswil, d'où l'événement a été diffusé en direct. Malgré toute l'adversité, il y a aussi des lueurs d'espoir, car les nouvelles idées sont nées de la nécessité.

Le modérateur Reto Caviezel (CEO Carré Events, à gauche) Christoph Bill (président de la SMPA et organisateur du Heitere Festival à Zofingen) en conversation avec la coprésidente du PS et conseillère nationale Mattea Meyer (en ligne).

2021 devrait en fait être l'été des retrouvailles. L'industrie suisse du divertissement est dans les starting-blocks, mais elle dépend de directives claires de la part des politiciens quant à ce que pourrait être un retour à l'événementiel. Jusqu'à présent, ceux-ci n'existent pas. Tant qu'il y a des différences, cela va et vient entre le Conseil des États et le Conseil national. "C'est difficile, mais nous donnons tout", a déclaré Meyer. Le conseiller national a également déclaré qu'il y aurait bientôt une solution qui apporterait la sécurité de planification à l'industrie des événements. "Il devrait être en place d'ici la fin du printemps", espère Mattea Meyer. Quand pourra-t-on organiser à nouveau les premiers grands événements réunissant plus de 10 000 personnes ? Bilan de la conseillère nationale Mattea Meyer : "Je pars du principe que les premières grandes manifestations auront lieu à nouveau en 2022". À la question de savoir si l'industrie a fait suffisamment de bruit, Bill répond : "Nous avons essayé d'obtenir quelque chose les uns des autres. Ce qui n'arrive pas assez, c'est le dialogue entre les organisateurs et les autorités. Nous devons savoir ce qui va arriver pour pouvoir nous y préparer dès maintenant."

A moyen terme, cependant, le désir d'événements devrait enfin provoquer un retournement de situation. Le futurologue Dietmar Dahmen a souligné que l'humanité a une longue expérience de la peste et d'autres pandémies. "Le plaisir et l'amour de la vie reviendront", prédit Dahmen.

Un nouveau départ au lieu d'un sommeil réparateur

Les exploitants du site espèrent une ouverture prochaine. "Pour l'instant, nous ne souhaitons rien d'autre qu'un retour à la normale", a déclaré Felix Frei, ancien patron du Hallenstadion et actuel président de l'Association suisse des exploitants de stades et d'arènes, VSSA. Cependant, la normalité pour les lieux de rencontre aura changé après Corona. Tout comme le marché du divertissement. Parce qu'il y aura une secousse sur le marché." Roger Büchel, CEO du Kongresshaus de Zurich, et Bruno Vollmer, COO du ZSC Lions, sont d'accord sur ce point. Les experts s'accordent également à dire que les événements hybrides vont gagner en importance. "Néanmoins, l'expérience en direct ne disparaîtra jamais". Selon M. Frei, un concept d'ouverture avec des concepts de protection adaptés serait actuellement nécessaire.

Les sponsors à l'affût de nouveaux formats d'événements

Jusqu'à présent, les partenaires des organisateurs d'événements étaient souvent solidaires avec eux. Mais plus la pandémie de Corona dure, plus les industries des sponsors souffrent. Leur solidarité en souffre-t-elle aussi ? Jörg Schönberg, chef des ventes et fondateur de Doppelleu Boxer, dément. Il s'intéresse aux partenariats à long terme. Avec ses partenaires, il veut sortir plus fort de la crise.

Jörg Schönberg n'envisage donc pas actuellement de réduire le budget. Pas plus que les deux autres participants à la discussion, Oliver Niedermann, responsable du marketing de Raiffeisen Suisse, et Martin Koch, responsable du sponsoring et des événements de la Fédération des coopératives Migros. Au contraire, tous trois sont à l'affût de nouveaux formats d'événements. Pour Koch et Schönberg, un festival fantôme sans spectateurs est une nouvelle possibilité intéressante.

L'innovation née de la nécessité : les événements hybrides

Selon M. Niedermann, les événements hybrides pourraient également ouvrir des groupes cibles totalement nouveaux. Néanmoins, selon M. Koch, ils ne supplanteront pas les spectacles en direct. Parce que les émotions vivantes ne peuvent être remplacées. M. Schönberg pense même que l'appréciation des événements et de la gastronomie augmentera à l'avenir, car les gens ont remarqué ce qu'ils en retirent grâce à Corona. Selon M. Niedermann, la demande pourrait même être supérieure à ce qu'elle était avant Corona. Les trois experts affirment que le secteur de l'événementiel doit s'adapter à une nouvelle réalité. Il s'agit de concepts de protection et de formats d'événements alternatifs. Ils sont convaincus que ceux qui réagiront avec souplesse à ces changements réussiront à maîtriser la transition vers la nouvelle normalité.

Il n'existe pas de prévisions exactes

"Le secteur de l'événementiel doit enfin se réveiller de son coma artificiel. Ce qui est fait à notre industrie en termes d'ouverture est complètement faux", déclare Thomas Kastl, directeur de la St. Jakobshalle Basel. Pour l'instant, cependant, le secteur est freiné par les politiciens. Un parapluie de protection serait un bon instrument pour retrouver une plus grande sécurité de planification. Mais il faudrait pour cela une volonté politique. Le secteur espère maintenant des réponses claires de la part des politiciens et un parapluie protecteur qui couvrira bientôt le secteur de l'événementiel. La question de savoir si cela sera suffisant pour tous les organisateurs d'événements est une autre question.

La confiance au milieu de l'adversité : L'hôte du forum, Hans-Willy Brockes (directeur général d'ESB Marketing Network, à gauche) et Andreas Angehrn (PDG de Ticketcorner).
(Visité 240 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet