Coronavirus : les crises offrent des opportunités de changement

L'agence événementielle Bright Entertainment a réagi à l'interdiction par le Conseil fédéral des événements réunissant plus de 1000 personnes avec des mesures. Ils essaient de tirer le meilleur parti de la situation actuelle et, surtout, de garder la tête froide.

Markus-Walder-sw-copy

Alors que j'attends d'entrer en contact avec Markus Walder, directeur général de l'agence de communication en direct Bright Entertainment, la chanson des Monty Python "Always look on the Bright Side of Life" est diffusée en fond sonore. Mais c'est une coïncidence, même Bright Entertainment ne pourrait pas proposer une dramaturgie aussi appropriée sous le signe de Corona et regarder exclusivement le bon côté des choses. L'agence s'efforce de reconnaître les opportunités dans la situation actuelle et de les saisir de manière proactive. 

En ce moment, cependant, le secteur suscite beaucoup d'inquiétude, comme le dit Markus Walder. "La plupart des clients ne veulent pas ou ne peuvent que partiellement parler des projets LiveCom pour le moment, et encore moins prendre des décisions à leur sujet, car ils sont très occupés par d'autres mesures internes à l'entreprise". Après la décision du Conseil fédéral du 28 février, Bright Entertainment a donc réfléchi à d'éventuelles mesures préparatoires et a présenté à la fin de la semaine dernière l'annonce préalable de chômage partiel : " La question de savoir si et dans quelle mesure nous y aurons recours reste ouverte pour le moment. Nous considérons ces mesures comme un tampon de couverture et comme une action responsable."

"Dans tous les cas, nous devons proposer quelque chose, tout comme l'ensemble du secteur." Bright Entertainment continue à travailler spécifiquement sur tous les projets existants, est en dialogue étroit avec les clients et développe de nouveaux formats d'événements. L'entreprise est également en contact étroit avec des partenaires et des prestataires de services et recherche des solutions à moyen et à long terme - tout cela dans l'esprit de "regrouper les compétences et les forces".

Cependant, il n'est pas nécessaire de faire l'impasse sur quoi que ce soit. La situation est grave. Néanmoins, Bright Entertainment tente de réagir au scénario Corona avec la devise "la crise comme opportunité". "Nous devrons soit recourir au chômage partiel, soit trouver une solution pour revenir à la normale, si possible au cours du second semestre.

Et qu'attend-on de l'Office fédéral de la santé publique le 15 mars concernant l'interdiction en cours des manifestations de plus de 1000 personnes ? "Nous supposons que l'interdiction sera maintenue, car de notre point de vue, il serait imprudent de ne pas le faire. Une action responsable est requise dans tous les domaines et à tous les niveaux. Si la situation le permet, nous sommes favorables à certains assouplissements de l'interdiction. Toutefois, ces assouplissements doivent avoir lieu dans toute la Suisse - "le cantonalisme n'a pas sa place ici". La détente est une chose, mais l'attitude de nos clients et des décideurs individuels en est une autre. Il faut maintenant du temps et, surtout, de la prudence.

La plupart des foires commerciales et des grands événements ont été annulés. C'est tout à fait logique, puisque la plupart des visiteurs viennent de l'étranger pour assister à ces événements. "Personne ne veut de foires ou d'événements fantômes", déclare Markus Walder. Bright Entertainment se prépare pour l'après Corona et est prêt. 

(Visité 103 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet