Facebook rejette les accusations d'Amnesty International

Facebook a rejeté l'accusation d'Amnesty International selon laquelle son modèle économique constitue une menace pour les droits de l'homme. Facebook donne aux gens la possibilité de se connecter dans le monde entier en protégeant leur vie privée, a déclaré le réseau en ligne dans une réaction jeudi.

facebook-715811_1280

"Notre modèle économique permet à des groupes comme Amnesty International - qui diffuse actuellement des publicités sur Facebook - d'atteindre des sympathisants, de collecter des fonds et de faire avancer leurs objectifs."

Amnesty International avait critiqué dans un rapport le fait que Google et Facebook contrôlent les canaux les plus importants par lesquels des milliards de personnes utilisent l'internet. Dans le même temps, leur modèle économique est fondé sur la "surveillance omniprésente", ce qui met en danger les droits de l'homme. Google n'a pas fait de commentaire sur ces accusations jeudi.

Facebook possède également les services de chat WhatsApp et Messenger, ainsi que la plateforme de photos Instagram. La plateforme vidéo YouTube fait également partie de Google - et la société internet développe également le système dominant de smartphones Android. Amnesty International voit notamment un problème dans le fait que les gens devraient ouvrir l'accès à leurs données pour pouvoir utiliser les services de Facebook et de Google. (SDA)

(24 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet