Les commerçants en ligne attendent encore avant de vendre directement via les médias sociaux

Le shopping sur les médias sociaux est à la mode, mais près de la moitié des commerçants en ligne suisses ne veulent pas encore utiliser la possibilité annoncée de vendre directement via Facebook et Instagram. Beaucoup d'entre eux s'attendent toutefois à une augmentation des ventes à l'avenir grâce au commerce social, comme le montre une nouvelle étude de la ZHAW.

Sur Facebook et Instagram, les utilisateurs suisses pourront à l'avenir commander directement sur la plateforme des produits faisant l'objet d'une publicité, sans passer par la boutique en ligne du fournisseur. Ce processus est appelé "Direct Checkout".

Les commerçants en ligne suisses se montrent encore réticents à l'égard de cette nouvelle fonction : 42% des entreprises interrogées sont critiques vis-à-vis de son utilisation et souhaitent attendre pour le moment. 28% vont probablement utiliser Direct Checkout. Toutefois, seuls deux cinquièmes d'entre eux se sont penchés activement sur la question.

C'est à ces résultats que parvient une étude de la ZHAW School of Management and Law. Pour ce faire, les chercheurs ont interrogé du 13 avril au 19 mai 2021 plus de cent commerçants en ligne suisses ainsi que des experts dans le domaine des médias sociaux et de l'e-commerce. L'enquête a été menée en collaboration avec les agences Webrepublic et B+H Communication ainsi que l'entreprise de conseil Carpathia.

Pas de remplacement de la boutique en ligne

"La plupart des entreprises considèrent le Direct Checkout comme un canal de vente supplémentaire qui complétera leur boutique en ligne existante, mais ne la remplacera pas", explique le responsable de l'étude, Darius Zumstein, de l'Institut de marketing management de la ZHAW. En conséquence, seul un peu plus d'un quart des entreprises craignent que les visites et les ventes dans la boutique en ligne diminuent suite à l'utilisation de cette nouvelle fonction. En revanche, 72 pour cent des entreprises s'attendent à une augmentation de leurs ventes globales.

Plus d'achats spontanés

Environ huit entreprises interrogées sur dix considèrent que l'expérience d'achat sans faille pour les clients et la promotion des achats impulsifs sont d'autres avantages. De plus, de nombreuses entreprises se promettent une approche plus ciblée et des interactions plus directes avec leurs groupes cibles. "Les commerçants en ligne sont souvent déjà actifs sur Facebook et Instagram. Les boutiques Facebook et Instagram leur permettent d'inciter davantage leurs clientes et clients à acheter là où ils passent une partie considérable de leur temps", explique Zumstein. "La possibilité d'acheter les produits directement là où l'on est inspiré simplifie et accélère considérablement les achats en ligne". Environ 80 pour cent des entreprises voient un inconvénient au nouveau canal de vente dans le fait que le contrôle des données clients est détenu par Meta, l'exploitant de Facebook et Instagram. 

En ce qui concerne la vente via les médias sociaux - S-Commerce - les chercheurs ont identifié des différences fondamentales dans 30 domaines par rapport aux boutiques en ligne classiques - E-Commerce. Ils donnent également une série de recommandations d'action pour l'intégration de Direct Checkout dans la stratégie de marketing et de vente : ils conseillent par exemple aux entreprises de vendre sur les réseaux sociaux principalement des biens de consommation et d'usage courant qui font appel aux émotions. Elles devraient en outre clarifier au préalable les processus et les ressources nécessaires.

Direct Checkout n'est actuellement disponible que pour quelques boutiques en ligne aux États-Unis. La date exacte de l'introduction pour les utilisateurs et les entreprises suisses n'a pas encore été fixée.

(Visité 297 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet