Comment le commerce de détail a traversé la crise de Corona

Selon la 31e documentation sur le commerce de détail de GfK, la pandémie du commerce de détail a agi comme un catalyseur dans de nombreux domaines. Les signes pour le commerce de détail Total 2021 indiquent une stabilité après une année précédente déjà très forte. La population suisse ne veut pas se passer à l'avenir d'aspects décélérants du verrouillage, comme la livraison à domicile et les achats en ligne.

Après une légère croissance en 2019, la pandémie a agi comme un accélérateur supplémentaire et le commerce de détail suisse a de nouveau progressé globalement de 2,6 %. Avec un chiffre d'affaires total de 99,1 milliards, le commerce de détail est plus proche que jamais de la barre des 100 milliards.

Les gagnants du commerce en ligne

Après une croissance remarquable des ventes de 12,4 pour cent, Coop prend la première place du point de vue des consommateurs pour la première fois depuis que la publication GfK sur le commerce de détail a été publiée. La liste du top 10 des détaillants suisses avec publication des ventes est largement inchangée par rapport à l'année précédente. Comme en 2020, neuf concepts suisses figurent dans le top 10. Seul Ikea fait partie du top 10 des entreprises dont les ventes sont publiées aux côtés des Suisses. Digitec Galaxus, le seul pure player numérique du classement, a enregistré une croissance des ventes supérieure à la moyenne de 56,4 % en 2020.

Tous les marchés n'en ont pas profité

Le marché alimentaire a été un grand gagnant de la pandémie. Cela est dû à la fermeture de restaurants et à la limitation des achats transfrontaliers.

Le grand gagnant du marché non alimentaire est l'électronique domestique, suivi du bricolage. L'équipement de la maison et les jouets ont également affiché des gains encourageants, tandis que le marché des sports a stagné et que la mode a été négative. Dans ce contexte, il est important de mentionner : Même si certains marchés ont pu connaître une forte croissance, cela ne signifie pas que tous les détaillants en ont bénéficié.

La commodité demeure, mais l'expérience physique redevient plus importante.

Chez les consommateurs, le désir d'expériences revient lentement - ce qui entraîne des dynamiques dans des directions opposées. Dans le domaine de la simplification ou de la commodité, on constate qu'environ deux tiers des consommateurs interrogés disent avoir fait des achats en ligne au cours de la dernière semaine. Un tiers des personnes interrogées souhaitent utiliser plus intensivement la livraison à domicile à l'avenir, ce qui rend nécessaire de nouveaux concepts dans le domaine de la logistique. Cependant, le côté opposé est également passionnant, l'expérience physique redevient plus importante : on constate que les consommateurs disent à nouveau plus souvent qu'ils veulent se rendre dans des commerces stationnaires à l'avenir. Alors que cette proportion n'était que de deux tiers environ il y a peu, un consommateur sur trois sur quatre l'affirme désormais.

Le commerce en ligne continue de se développer

La croissance en ligne en 2020 a également été stimulée par les fermetures. Le manque de possibilités d'achats en magasin, la demande accrue d'électronique domestique et la gamme de produits toujours plus étendue proposée par les grands acteurs - tant au niveau national qu'international - ont été d'autres conséquences et moteurs de croissance. La part du commerce de détail en ligne en Suisse atteindra un peu moins de 12 % en 2020 - sans compter les pays étrangers.

Que se passera-t-il en 2021 ?

Pour 2021, GfK prévoit une nette stabilisation par rapport à 2020 : après un premier trimestre en croissance, peu affecté par la pandémie de l'année précédente, les deuxième et troisième trimestres devraient connaître une évolution stable. Pour le quatrième trimestre, GfK s'attend à un retour à la normale dans toute la mesure du possible, y compris une augmentation des voyages et la possibilité d'achats transfrontaliers.

(Visité 410 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet