Des milliards de bénéfices pour les entreprises technologiques dans la crise de Corona

38 milliards de dollars : c'est le montant que les quatre géants de la technologie - Apple, Google, Facebook et Amazon - ont gagné ensemble au dernier trimestre. La crise de Corona n'a pas nui à leur activité, bien au contraire. Les entreprises profitent du changement de comportement des utilisateurs et des annonceurs dans la pandémie de Corona.

corona-big-tech0

La tendance au shopping en ligne a permis à Amazon de réaliser un bénéfice record au dernier trimestre. L'activité publicitaire de Facebook profite du fait que davantage de petites entreprises se mettent en ligne pour compenser le marasme causé par la crise. Chez Google, entre autres, les affaires de la plateforme vidéo YouTube ronronnent alors que les gens sont davantage à la maison. Et chez Apple, les activités liées aux ordinateurs Mac et aux iPads se sont développées à l'heure du travail à domicile et de l'apprentissage en ligne.

Amazon a augmenté ses revenus trimestriels de 37 % en glissement annuel pour atteindre 96,1 milliards de dollars. Les bénéfices ont triplé pour atteindre le chiffre record de 6,3 milliards de dollars. "Nous constatons que les clients sont plus nombreux que jamais à acheter des cadeaux en avance", a souligné Jeff Bezos, PDG d'Amazon. C'était une indication qu'une activité de Noël "sans précédent" était à l'horizon.

Amazon prévoit des revenus compris entre 112 et 121 milliards de dollars pour le trimestre en cours. Ce serait la première fois que l'entreprise franchirait la barre des 100 milliards de dollars au cours d'un trimestre. Les services de livraison d'Amazon avaient déjà largement bénéficié au cours des trimestres précédents de la forte augmentation de la demande de commandes en ligne pendant la pandémie. L'activité lucrative d'Amazon dans le domaine du "cloud", qui propose des services informatiques et des espaces de stockage sur Internet, a également continué à prospérer récemment.

 

Boost pour Facebook

Au début de la crise, les analystes étaient encore inquiets pour les affaires de Facebook. Les petites et moyennes entreprises représentent une grande partie des clients publicitaires de Facebook. Nombre d'entre eux - comme les cafés ou les restaurants - ont été durement touchés par la pandémie. Mais il s'avère que les activités de Facebook sont en fait stimulées par le fait que de plus en plus d'entreprises de la pandémie se mettent en ligne à la recherche de nouveaux revenus. Les revenus du réseau en ligne, générés principalement par la publicité, ont augmenté de 22 % pour atteindre 21,2 milliards de dollars. Le résultat final est un bénéfice de 7,85 milliards de dollars, soit une augmentation de 29 %.

La top manager Sheryl Sandberg a donné l'exemple d'une entreprise familiale qui vendait des savons faits maison sur les marchés hebdomadaires. Elle utilise désormais Facebook comme plateforme et a développé son activité. Facebook s'appuie sur cet argument pour affirmer que le réseau en ligne joue un rôle qui mérite d'être protégé pour l'économie dans la crise - et que les restrictions en matière de protection des données pourraient finalement nuire à l'économie.

Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens de Facebook a augmenté de 30 millions pour atteindre environ 1,82 milliard en trois mois. Au moins une application du groupe - comme Instagram et WhatsApp - est consultée par 2,54 milliards d'utilisateurs chaque jour.

 

L'activité publicitaire fonctionne bien

Grâce à la publicité en ligne, les bénéfices d'Alphabet, la société mère de Google, ont également augmenté de près de 60 % pour atteindre 11,2 milliards de dollars, tandis que les revenus ont progressé de 14 % pour atteindre 46,2 milliards de dollars.

Après un ralentissement au trimestre précédent, l'activité publicitaire de Google a retrouvé son rythme de croisière et a contribué à la plus grande part du chiffre d'affaires avec 37,1 milliards de dollars. En outre, les recettes publicitaires de la filiale vidéo YouTube, qui ont augmenté d'un tiers pour atteindre cinq milliards de dollars, ainsi que l'activité "cloud" avec des services informatiques sur Internet ont prospéré.

 

Baisse des ventes d'iPhone

Contrairement à ces entreprises, Apple réalise encore une grande partie de son activité grâce à la vente d'appareils. Et là, Apple a eu un problème au cours du dernier trimestre : la nouvelle génération d'iPhone n'a pas été présentée en septembre comme d'habitude, mais seulement un mois plus tard. Cela a entraîné une baisse de 7,4 % des bénéfices pour le trimestre, à 12,7 milliards de dollars.

En glissement annuel, les ventes d'iPhone ont chuté d'un cinquième pour atteindre environ 26,4 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires total du groupe a néanmoins augmenté d'un pour cent pour atteindre 64,7 milliards de dollars. Cela s'explique par l'augmentation des activités liées aux iPads et aux ordinateurs Mac, entre autres, ainsi qu'aux abonnements à des services de streaming et autres.

La question passionnante sera maintenant de savoir si le trimestre de Noël pour le nouvel iPhone 12 sera aussi fort que d'habitude. Le directeur financier Luca Maestri a déclaré lors d'une conférence téléphonique avec les analystes que le groupe s'attend à une croissance de l'activité. Les ventes de Mac ont augmenté de 29 % au dernier trimestre pour atteindre un peu plus de neuf milliards de dollars. L'activité iPad a augmenté de 46 % pour atteindre 6,8 milliards de dollars.

Dans le même temps, les géants de la technologie sont de plus en plus souvent la cible des autorités de la concurrence sur leur marché d'origine, les États-Unis, où les régulateurs ont jusqu'à présent eu tendance à relâcher les rênes. La semaine dernière, le ministère américain de la justice a déposé une plainte très attendue contre Google dans le domaine de la concurrence. Elle accuse l'entreprise de jouer de manière illicite de son pouvoir de marché dans le domaine de la recherche sur Internet et de la publicité connexe. (SDA)

(Visité 13 fois, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet