De la dignité et de la décence

Le procès de Rupperswil est terminé, l'auteur condamné et les médias ont à nouveau quitté Schafisheim. Un bref rappel dans l'éditorial de la Werbewoche 6/2018 du 23 mars 2018.

edito-3

L'intérêt des médias pour le procès de Schafisheim concernant le quadruple meurtre de Rupperswil était compréhensible : L'affaire a secoué toute la Suisse jusqu'à la moelle des os. Par conséquent, de nombreuses personnes ont voulu connaître le contexte et l'issue de ce crime inconcevable. Pour une fois, ce n'est probablement pas le sensationnalisme qui a été le principal moteur de l'attention dans de nombreux endroits, mais une sympathie et une consternation véritables. Et l'espoir que la condamnation de l'auteur du crime tire un trait sur cette histoire insupportable.

C'est du moins vrai pour nous, qui vivons et avons grandi plus ou moins dans le voisinage des événements. Et nous avons été témoins de tant de choses beaucoup plus près que nous l'aurions souhaité. Comment les journalistes - autrefois appelés "secoueurs de veuves" - ont harcelé les voisins partiellement traumatisés après le crime. Comment le compagnon de vie de la femme assassinée s'est peu à peu empêtré dans des spéculations folles (et totalement infondées). Comment d'anciens collègues - travaillant désormais pour des médias renommés - après des années de silence radio, se sont soudainement contactés via WhatsApp, disant qu'ils avaient grandi dans les environs, qu'ils avaient entendu quelque chose ou qu'ils savaient quelque chose.

Certains médias n'ont pas seulement montré leur bon côté lorsqu'ils ont rendu compte du procès. Un portail, par exemple, a publié des commentaires de lecteurs dans lesquels le principal suspect était désigné par son nom complet. Ou bien vous avez coché le nom complet dans la précipitation, pour ensuite corriger cette erreur quelques minutes plus tard. Contrairement à la question plutôt "tüpflischiiserischen" de savoir si l'on peut qualifier de "quadruple tueur" un accusé qui n'a pas encore été légalement condamné, la dénomination concerne également le droit de ses proches. Sur le droit, à un moment donné dans l'esprit des gens, de ne plus être associé au premier moment à l'acte incompréhensible d'un proche parent.

Il semble que la frontière soit mince entre la violation de la "Déclaration des devoirs et des droits des journalistes" et le manque de décence. Il est sans doute permis de qualifier avec désinvolture une jeune femme assassinée de "morte sur un tapis" au-dessus de sa photo non pixellisée parce que son corps a été retrouvé enveloppé dans un tapis dans la forêt. On peut supposer qu'il est permis de traîner au préalable devant la caméra sa mère, manifestement inexpérimentée en matière de médias, pour lui faire espérer dans un allemand approximatif que le cadavre retrouvé n'est pas sa fille. Je suppose que vous avez également le droit de faire une interview de suivi lorsque la mère désemparée a enfin la triste certitude. Et on peut supposer qu'on la filme aussi alors qu'elle se recueille sur la tombe de sa fille, hurlant de désespoir. Au cas où vous n'auriez pas compris l'affaire : Vous avez bien lu.

Vous pouvez être autorisé à. Mais vous n'êtes certainement pas obligé de le faire. Personne n'a besoin non plus d'un compte rendu détaillé de la manière dont la fille de quatre ans a été abusée par sa "mère esclave" pour l'élever au rang d'esclave sexuelle pour son "maître". Même si c'est dans l'inquiétant acte d'accusation. La dignité d'un petit enfant traumatisé est fouettée ici - avec des détails qui ne sont pas ( !) d'intérêt public - pour les clics et l'audimat. Sera-t-il utile pour l'enfant sur le chemin rocailleux du dépassement du traumatisme dans les années à venir si son propre destin inconcevable reste disponible en ligne en détail pour le monde entier et pour l'éternité ?

L'Internet, comme nous le savons tous, n'oublie jamais. Les victimes, quant à elles, s'efforcent d'être capables de le faire aussi bien qu'elles le pourront un jour. Peut-être que certains médias feraient bien de garder cela à l'esprit au moins une fois de temps en temps. En fin de compte, il y a des choses plus importantes que la circulation et la portée.

Thomas Häusermann, Rédacteur en chef a.i. Werbewoche

t.hauesermann@werbewoche.ch

(26 visites, 1 visite aujourd'hui)

Plus d'articles sur le sujet